Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/106

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

droits ». Il ajoute « que l’auteur vient de détruire plusieurs préjugés funestes à sa patrie, et qu’il éclaire le monde sur les principes de la morale et de la législation. »

Son livre fut lu avec avidité dans toutes les cours d’Allemagne, et il fut reçu avec les mêmes transports en Suede, et jusqu’en Russie. La reine de Suede disoit à un homme qu’elle honoroit de sa confiance : « Que je voudrois m’entretenir avec M. Helvétius ! Je voudrois au moins qu’il sût le plaisir qu’il me donne. Écrivez-lui de ma part combien je l’admire. »

L’ambassadeur de France à Pétersbourg lui écrivoit : « J’ai trouvé en arrivant l’esprit russe aussi oc-