Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/116

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

suivi d’une foule de ses vassaux, ou seulement de ses voisins.

Il excitoit le travail dans toutes ses terres ; et il vouloit exciter l’industrie à Voré, parce qu’elle pouvoit seule donner aux habitants une aisance que leur refuse la stérilité du terrain. Il essaya de faire faire du point d’Alençon ; mais, jusqu’à présent, cet essai n’a pas réussi. Il a été plus heureux dans une autre entreprise : après avoir été trompé par des agents infideles ou peu intelligents, il a enfin établi une manufacture de bas au métier, qui fait de jour en jour de nouveaux progrès.

Il passoit toutes ses matinées à méditer et à écrire ; le reste du jour, il cherchoit de la dissipation. Il ai-