Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

ami, lui dit Helvétius, je vous demande pardon ; mais vous venez de me donner une excellente leçon, que je dois payer ». Il lui donna six francs, et le fit aider par ses gens à ranger la charrette.

Après avoir passé sept pu huit mois dans ses terres, il ramenoit sa famille à Paris, et y vivoit dans une assez grande retraite avec quelques amis de tous les états, qui lui convenoient par leurs lumieres et par leurs mœurs. Seulement il donnoit un jour de la semaine aux simples connoissances. Ce jour-là, sa maison étoit le rendez-vous de la plupart des hommes de mérite de la nation, et de beaucoup d’étrangers : princes, ministres, philosophes,