Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/130

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

esprits jusqu’à présent attribuée à l’inégale perfection des organes. »

L’auteur demande, à cet effet, à quel âge commence l’éducation de l’homme, et quels sont ses instituteurs.

Il voit que l’homme est disciple de tous les objets qui l’environnent, de toutes les positions où le hasard le place, enfin de tous les accidents qui lui arrivent ;

Que ces objets, ces positions et ces accidents, ne sont exactement les mêmes pour personne, et qu’ainsi nul ne reçoit les mêmes instructions ;

Que dans la supposition impossible où les hommes eussent les mêmes objets sous les yeux, ces objets ne