Page:Helvétius - Œuvres complètes d’Helvétius, tome 1.djvu/181

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

de 1771, quelques changements dans son humeur et dans ses goûts ; on ne lui trouvoit pas sa sérénité ordinaire ; il aimoit moins les conversations qu’il avoit le plus aimées ; l’exercice le fatiguoit ; il n’alloit presque plus à la chasse. Ce changement n’alarmoit pas sa famille et ses amis : on étoit bien loin de le regarder comme un signe de décadence ; on l’attribuoit à des causes morales. Ces dernieres années ont été l’époque des malheurs publics, auxquels Helvétius fut fort sensible. Le désordre des finances et le changement dans la constitution de l’état répandirent une consternation générale. Un grand nombre de suicides dans le royaume, un plus grand nombre dans la capi-