Page:Henri Grégoire.- De la traite et de l'esclavage des noirs et des blancs, 1815.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


déclaration des droits, tant calomniée par le despotisme, au moment où ils vouloient fonder sur cette base là liberté publique. La plupart de ces hommes sont morts, plusieurs même sur l’échafaud : entre autres, Brissot ; et parmi ses accusateurs au tribunal révolutionnaire, on voit figurer des Colons[1]. Dans toutes les sociétés, il est des individus qu’on ne peut jamais considérer comme adoptant telle opinion ou tel parti, par la raison qu’ils sont de tous les partis. Hommes de circonstances, ils épient les événemens, prennent la livrée qui est en faveur, et, comme les apostats de toutes espèces, se montrent ensuite les ennemis les plus acharnés de la cause qu’ils ont désertée. D’autres sont des méticuleux qui, découragés par la persécution, tiennent la vérité captive : doux par tempérament, on ne doit pas les appeler vertueux, car il n’y a pas de vertu sans courage. Que peut une minorité presque imperceptible, au milieu

  1. V. le Rapport sur les troubles de St.-Domingue, par M. Garan-de-Coulon, t. IV, pag. 494 et suiv.