Page:Henri Grégoire.- De la traite et de l'esclavage des noirs et des blancs, 1815.djvu/33

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’une multitude sans caractère et sans opinion fixe ? Cette absence d’opinion est le prétexte dont s’armèrent dernièrement les partisans de l’esclavage, pour repousser le moyen qui, seul, pourroit la faire naître et pour faire ajourner la liberté de la presse : avec cette manière de procéder, on est assuré de tenir toujours la nation dans les lisières.

Le préjugé sur la couleur existe encore chez nous, à tel point que la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut, en décernant l’honneur de la correspondance aux savans qui l’avoient avec l’Académie des sciences, à laquelle elle succède, n’y a pas compris M. Lislet-Geoffroy, officier du Génie, directeur du dépôt de la Marine à l’île de France, qui nous a donné la carte la plus exacte de cette île et de celle de Bourbon : il est connu par d’autres travaux scientifiques. Dira-t-on que c’est par oubli, lorsqu’on avoit en main la liste des correspondans de l’Académie ? Par quelle fatalité d’ailleurs l’oubli seroit-il tombé précisément sur