Page:Henri Grégoire.- De la traite et de l'esclavage des noirs et des blancs, 1815.djvu/34

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


un homme qui est sinon Noir, du moins sang mêlé au premier degré ? S’il est vrai que l’Institut doive subir prochainement une nouvelle métamorphose, sera-ce pour y admettre Lislet-Geoffroy, ou pour en retrancher ses défenseurs ?

Les journalistes pourroient exercer sur l’opinion une espèce de magistrature aussi honorable que salutaire ; et quelques-uns se sont constitués défenseurs des principes, tandis que d’autres s’efforcent de les décrier : c’est une tâche qu’ils acquittent avec ferveur. Le despotisme des gazettes n’est qu’une dérivation d’un autre despotisme qui peut impunément outrager quiconque lui déplaît, dans tous pays où la censure est établie. Quelques hommes, jaloux de conserver leur indépendance et des titres à l’estime publique, refuseront des articles dégoûtans d’adulation ou de méchanceté ; mais pour les punir de ne pas vouloir parler, on les forcera à se taire. Vous avez refusé d’insérer tel article, on vous interdit d’insérer celui-ci. Quant aux autres