Page:Henri IV - Lettres Missives - Tome1.djvu/11

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


en droit d’ajouter que la culture de l’histoire, telle qu’on la comprend aujourd’hui en Europe, contribue à y entretenir un esprit de tolérance et de justice.

En France, où la gloire de Henri IV est un patrimoine national, les particuliers ont rivalisé avec le gouvernement pour contribuer à compléter l’œuvre de ce prince en apportant de toutes parts les fragments qu’ils en possédaient : les collections d’autographes célèbres et de manuscrits précieux ont fourni 477 lettres[1].

Les anciennes familles qui ont conservé des archives plus ou moins complètes les ont presque toutes ouvertes avec empressement, et 618 lettres sorties de cette noble source sont venues enrichir notre recueil[2].

Le zèle des principaux fonctionnaires des départements à répondre à l’appel de M. le ministre de l’Instruction publique, et l’émulation des correspondants historiques de son ministère, par toute la France, ont puissamment contribué à rendre très-productives les recherches faites dans toutes les archives publiques et dans toutes les bibliothèques de la province,

  1. Au premier rang de cette catégorie, il faut citer M. Feuillet de Conches, chef du protocole au ministère des Affaires étrangères ; M Monmerqué, conseiller à la cour royale de Paris, membre de l’académie des inscriptions et belles-lettres ; M. Libri, membre de l’académie des sciences ; M. Auguis et M. le baron Méchin, membres de la chambre des députés ; M. Lucas de Montigny, membre du conseil de préfecture du département de la Seine ; M. le baron de Marguerit.
  2. Après les collections particulières du Roi et de la Reine, et une communication spéciale des archives de la couronne, nous devons dès à présent nommer au moins M. le baron de Scorbiac, à Montauban ; M. le général comte de la Loyère, en Bourgogne ; M. le chevalier Artaud de Montor, et M. le duc de Luynes, membres de l’académie des inscriptions et belles-lettres ; M. le duc de Crillon, pair de France ; M. le vicomte de Panat, et M. le marquis de La Grange, membres de la chambre des députés ; M. le marquis de Lusignan, dans la Vendée ; M. le baron Gaston de Flotte, à Marseille ; madame la duchesse de Vicence ; M. le vicomte de Puységur, à Rabastens ; M. le comte de Bourbon-Busset, à Busset en Bourbonnais.