Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/125

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
115
de l’abbaye de pontigny.

d’alentour, les ecclésiastiques de tous les rangs, concoururent à l’éclat de cette imposante journée. Comme il était impossible de loger tant de monde dans le hameau de Pontigny, la plupart campèrent dans les champs, autour de l’église. Le roi saint Louis s’y trouva avec la reine Blanche, sa mère, les princes, ses frères ; Robert, comte d’Artois ; Alphonse, comte de Poitiers ; Charles, depuis comte de Provence et d’Anjou, et roi de Sicile ; Isabelle de France, sœur de saint Louis. Après la famille royale, on remarquait le cardinal Pierre, évêque d’Albe ; le cardinal Eude, évêque de Frescali, légat du Saint-Siège ; ensuite, les archevêques de Sens, de Bourges, de Bordeaux et d’Armagh ; saint Richard, évêque de Chichester, et plusieurs autres prélats et abbés. Depuis le concile d’Héry, c’est l’assemblée la plus célèbre et la plus imposante qui ait été tenue dans nos pays. Lorsque le sépulcre fut ouvert, le corps fut trouvé dans le même état que le jour de sa mort. Le roi et les princes l’ayant considéré, l’évêque d’Auxerre, Guy de Mello, le porta sur l’autel pour le faire voir au peuple, ensuite il le déposa dans un sépulcre de pierre. La nuit suivante, une discussion s’éleva entre l’abbé et les frères du monastère : ceux-ci blâmaient l’abbé sur la simplicité du nouveau sépulcre, disant que le monument qu’il avait fait élever n’était pas digne de renfermer cette sainte relique ; on consulta les évêques, et surtout le disciple bien-aimé de saint Edme, et on convint que le corps demeurerait provisoirement dans le mausolée préparé par l’abbé, et qu’on lui élèverait, plus tard, un tombeau plus honorable. En