Page:Henry - Histoire de l'abbaye de Pontigny.pdf/282

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
272
histoire

pelle de Fontenay ; mais elle vient d’un commandeur de Malte, qui la fit poser lui-même, en 1625, pour rehausser la gloire du pays. Comme on ne trouve rien autour de ce Fontenay qui ait rapport aux lieux cités par Nitard, comme : Tauriacus, Brittas, Solennat et Ruida, on a abandonné ce sentiment pour suivre celui de l’abbé Lebeuf, et surtout celui de Pasumot, qui placent cette bataille à Fontenoy, dans le canton de Saint-Sauveur.


CHÉU.

Ce lieu, appelé anciennement Caducam, villa de Caduco, Châu, est une commune de six cent soixante-deux âmes, du canton de Saint-Florentin. Elle réunissait quatre-vingt-huit feux en 1776. Le patron est saint Martin. Son sol fertile produit du froment, du lin du chanvre et du vin.

Cart. de Pont., t. iii, p. 67 et suiv.La plupart des seigneurs de Chéu sont comptés parmi les bienfaiteurs de l’abbaye de Pontigny. Guillaume de Chéu, Guy, Joslan, et Aliénor, son épouse, lui donnèrent trois setiers de froment de rente sur leur grange de Chéu, et autant d’orge sur leur terrage de Lignorelles (1210). Anseau de Bridenne ; Agathe, son épouse, et Gaucher, leur fils, lui donnèrent vingt sous de rente pour le salut de leurs âmes (1215 et 1236). Gaucher vécut jusqu’en 1248. Guillaume de Moncelles, ou Montceaux donna aussi une rente de vingt sous en gros nivernais, et obligea le plus riche de Chéu à payer cette somme chaque