Page:Henry - Lexique étymologique du breton moderne.djvu/254

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
218
PÂR-PÉDEN

1 Par, s. m., observation, affût : abstrait d’une locution telle que [être] paré y « prêt à tout événement, aux aguets » ; cf. paréa etparédi. Empr. fr.

2 Par, adj., pareil, égal, cymr. par. Empr. lat. parem (accus.).

3 Par, adj., mâle (d’où parez « femelle ») : abstrait du vb. mbr. paraff, <( accoupler, faire la paire ». Empr. lat. par « couple ».

Park, s. m., champ, corn. et cymr. parc, ir. paire, gael. paire. Empr. fr. parc ou ag. park « enclos », suivant la langue emprunteuse.

Pardaez, s. m., soir : écourté et altéré de abardaez[1].

Paréa, vb., guérir : dér. de paré « guéri ». Empr. fr. paré, « prêt, en bon état, dispos », ou comme qui dirait ré-paré.

Parédi, vb., cuire : dér. de pared « cuit », cymr. parawd « apprêté », corn. parys et parez id., parmi/ « préparer ». Empr. lat. pardtus.

Parz, s. m., partie (mot vieilli), Gjmt.parth. V. sous abarz.

Pas, s. m., toux, mbr. et corn. pas, cymr. pas et pes-wch, ir. cas-achdack, gael. cas-ad > casd id. : soit un celt. *qa$-to-, ppe passé de rac. QÂS a tousser », cf. sk. kâts et kdsâ « toux », kûs-a-te « il tousse », lit. kô*-iu « je tousse », vhal. huos-t-an^> al. husten « tousser », etc.

Paska, vb., nourrir, cymr. pesgi. Empr. lat. pasc-ere.

Pastel, s. f., tranche : originairement « de pain, de pâte », etc., dér. d’empr. fr. paste, d’où aussi pesiez s. m. « pâtisserie ».

Patéled, s. m., bavette : dér. d’empr. fr. ancien pâte « chiffon »[2].

Paz, s. m., variante de pàs. V. ce mot.

1 Pé, ou bien, corn. po etpe, etc. : pour *be, exactement « soit », forme de subjonctif du vb. « être ». V. sous béza et bout, et cf. fr. soit.

2 Pé, quel, qui, corn. py et pe, cymr. pa et py, vir. ca-, co-, etc. : d’un celt. *0O-, sk. ká, gr. πο- (dans πό-θι, πό-θεν, πότε, etc.), lat, qui et qui-*, got. hwa-s, ag. tcho et al. we-r, lit. kàs, etc. V. sous *p-, et cf. piou.

Pébez, quoi (quelle sorte, chose, etc.). V. sous 2 pé et péz.

Pebr, s. m., poivre. Empr. lat. piper.

Pék, s. m., poix (d’où péga « poisser »), corn. pêk, peyk etpêg, cymr. pyg. Empr. lat. pic-em (accusatif). Cf. kroug elpéoc’h.

Péd, adv., variante de pet. V. ce mot.

Péden, s. f., prière. Empr. lat. petenda. V. sous pidi et cf. nouen.

  1. V. ce mot : le b a été pris pour une mutation.
  2. Aujourd’hui encore pattes pl. a techniquement ce sens (Littre).