Page:Historia diplomatica Friderici secundi - Préface et introduction.djvu/19

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


fait fût absolument vrai. Rien n’est plus difficile, on le comprend sans peine, que de se prononcer sur une pareille question, et il peut arriver que tel recueil oublié, telle monographie peu connue, contienne le document dont la découverte pouvait passer pour entièrement neuve. Dans ce cas, au reste, la bonne foi de l’éditeur est toujours hors de cause, et la rareté même de la pièce lui laisse encore toute sa valeur.

Pour la classification de ce vaste ensemble nous avons suivi en partie le plan adopté par M. Boehmer. Comme lui nous rangeons à leur date et séparément les actes de Frédéric II et ceux de ses enfants en les reliant par des passages empruntés aux chroniques contemporaines, toutes les fois que la marche des événements y gagne d’être par là éclaircie et précisée. Mais nous avons modifié le plan du savant bibliothécaire de Francfort, en préférant insérer à leur date les lettres des papes et les documenta varia, dont il a fait deux divisions spéciales et en quelque sorte supplémentaires. Les lettres pontificales ont avec les actes de Frédéric II une connexité si intime qu’il est difficile de les en détacher, puisqu’il est constamment nécessaire d’y recourir. Dans notre système on aura sous la main toutes les pièces du procès, et les deux parties comparaîtront tour à tour devant le lecteur avec leurs moyens d’attaque ou de défense. Quant aux documenta varia, ils viennent de temps en temps ajouter à l’histoire contemporaine des faits secondaires, il est vrai, utiles cependant pour apprécier les ressorts de la politique et le mouvement des esprits. A ce titre nous les avons aussi maintenus dans le corps de l’ouvrage comme pouvant y jeter de la variété et de l’intérêt.

Chaque pièce est précédée d’un intitulé assez court pour ne pas dispenser de recourir au texte, assez long pour tenir lieu de ce texte même quand par malheur il nous manque. A la suite sont mentionnées les diverses sources imprimées et manuscrites que