Page:Hoffmann - Œuvres complètes, tome III.djvu/76

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en deux. Quant aux traits du visage, une vue un peu faible ne pouvait pas en discerner grand chose ; mais en regardant avec une extrême attention, on finissait par découvrir un long nez pointu, formant saillie en dehors d’une masse de cheveux noirs et crépus, et de tout petits yeux noirs et flamboyants, qui, perdus au milieu d’un amas de rides et de rugosités informes, semblaient parfois ne pouvoir appartenir qu’à une mandragore[1].

La pauvre femme, comme nous l’avons dit, s’était donc enfin, dans l’affaissement de sa douleur, profondément endormie, et son laidron était venu s’accroupir tout à côté d’elle, quand la demoiselle de Rosebelle, chanoinesse du chapitre voisin, vint à passer par là, au retour de la promenade. Elle s’arrêta ; et comme elle était sensible et compatissante de sa nature, elle fut très-émue à ce spectacle de misère et de souffrance.

« Ô juste ciel ! s’écria-t-elle, que d’infortune et de désolation il y a donc sur cette terre ! — La pauvre malheureuse femme ! Je sais qu’elle a à peine de quoi se nourrir : voilà pourquoi elle travaille au-delà de ses forces, et elle est tombée là de faim et de désespoir ! — Je n’ai jamais senti d’une manière plus pénible qu’en ce moment ma pauvreté et mon impuissance. Ah, si je pouvais me montrer secourable au gré de mon cœur ! — Mais ce dont je dispose encore, le petit nombre de dons que n’a pu invalider ni me ravir le destin ennemi, je veux l’employer et le consacrer, avec zèle, avec charité, à atténuer cet excès d’affliction. — De l’argent, quand

  1. Mandragore, plante au moyen de laquelle, suivant les traditions de la sorcellerie, on conjure les maléfices. Les anciens lui attribuaient une foule de vertus magiques. Sa racine, bizarrement nouée et contournée, offre quelquefois l’apparence du squelette ou du masque humain : et l’on a, par extension. donné le nom de mandragore à toutes les racines ou tiges dont la conformation présente la même singularité. Les Chinois sont fort curieux de ces monstruosités naturelles ; et c’est de leur pays que viennent à peu près toutes les mandragores curieuses qui se trouvent en Europe dans les cabinets des amateurs.