Page:Homère - Iliade, trad. Leconte de Lisle.djvu/78

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


et grand qu’il était. Et il recula loin d’eux. Ainsi les deux chefs, l’un des Thrakiens, l’autre des Épéiens aux tuniques d’airain, étaient couchés côte à côte dans la poussière, et les cadavres s’amassaient autour d’eux.

Si un guerrier, sans peur du combat, et que l’airain aigu n’eût encore ni frappé ni blessé, eût parcouru la mêlée furieuse, et que Pallas Athènè l’eût conduit par la main, écartant de lui l’impétuosité des traits, certes, il eût vu, en ce jour, une multitude de Troiens et d’Akhaiens renversés et couchés confusément sur la poussière.