Page:Houssaye - Souvenirs de jeunesse, 1830-1850.djvu/32

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mêmes. Ont-ils assez « tombé » Janin, sous prétexte que, chez lui, le mot cachait l’idée ou plutôt que la pensée se noyait dans la phrase ! La critique disait à Janin, comme au peintre antique : « Ne pouvant la faire belle, tu l’as faite riche. »

Janin l’avait faite riche, parce qu’elle était jolie.


II

Quel charmant entraîneur pour tous ceux qui s’aventuraient dans les lettres ! Comme il leur donnait cordialement le coup de l’étrier ! Il semblait qu’il voulût les consoler par avance de tous les déboires futurs. Nous étions encore avec Théophile et Gérard dans la bohème du Doyenné, la mère-patrie de tous les bohèmes littéraires, quand je reçus, un matin, à ma grande surprise, un hiéro-