Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/121

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
105
POINTE-AUX-ANGLAIS — ÎLE-AUX-ŒUFS, ETC.

cipalement au manque de loisirs de la part des habitants : la pêche les absorbe complètement. Tout ce que l’on peut faire, m’est-il dit, c’est de cultiver les pommes de terre, qui réussissent parfaitement, et dont on récolte généralement plus qu’il n’en faut pour la consommation locale.

Il y a davantage à dire de la Pointe-aux-Anglais comme endroit de pêche.

Parlons d’abord du loup marin. Bien qu’il soit un habitant des eaux, il faut pourtant dire, au moins pour ce qui est de l’hiver, qu’on lui fait la chasse. Mais la Pointe-aux-Anglais n’a pas la réputation d’être bien favorable à cet exercice ; car c’est à peine si l’on peut tuer une quinzaine de ces amphibies, du mois de février au mois d’avril. Il faut aller les chercher, en canot et au fusil, à trois ou quatre milles au large. On trouve ici deux espèces de loups marins : les brasseurs (Phoca groenlandica, Fabr.) et les barrés (probablement le Phoca annellata, Nilss.).

Il n’y a que deux permis de pêche au saumon accordés pour la Pointe-aux-Anglais. Tout le saumon que l’on prend est vendu à la maison Holliday et Frère, de Québec, dans les conditions que j’ai exposées en parlant de la Pointe-de-Monts.

L’endroit est assez bon pour la pêche au hareng, que l’on prend au rets, de mai à novembre, à sept ou huit arpents du rivage. On le vend aux traders ou marchands qui parcourent la Côte avec leurs goélettes.

Mais c’est la morue qui est la « cheville ouvrière » de la prospérité relative de la Pointe-aux-Anglais. On la pêche à des distances variant d’un à cinq milles de terre. Vingt-cinq barges composent la flottille de pêche de la localité. Hareng, lançon, capelan, encornet, voilà les appâts que, selon la saison, on offre traîtreusement à l’imbécile morue, dont le cadavre plongé dans le sel devient la morue verte, précieux instrument de pénitence pour les fidèles enfants de l’Église.

Le métier de pêcheur est-il bien lucratif à la Pointe-aux-Anglais ? Si l’on a pu entrer assez avant dans les bonnes grâces