Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/171

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
155
SHELDRAKE — RIVIÈRE-AU-TONNERRE

mesure que les barques de pêche mouillées au large avaient connaissance de notre passage, elles levaient leurs voiles et se dirigeaient vers la terre. Cette flottille courant dans la même direction était d’un effet très pittoresque. Ces barges, comme celles de certains autres endroits que nous avons visités, sont à trois mâts et à trois voiles ; mais, ici, ces voiles sont presque toutes de teinte rougeâtre. On m’explique que la peinture d’ocre dont on les recouvre prolonge de beaucoup leur durée. Nous passâmes près d’un trap-net tendu non loin du rivage, afin de prendre quelque connaissance de cet engin de pêche, dont le coût est trop élevé pour que beaucoup de particuliers puissent s’en procurer. Le trap-net est un immense filet ayant la forme d’un sac, dont la partie inférieure repose au fond de la mer, et dont les bords sont soutenus au ras de l’eau par des flotteurs en liège. Un rets simple, qui y est attaché, se dirige vers le rivage et barre la route au poisson ; celui-ci, en le longeant, arrive à une entrée perfidement disposée qui lui donne accès dans le filet ou trap-net dont il ne peut plus guère s’échapper. Les barques viennent ensuite s’y charger à leur aise. Il arrive parfois que l’on capture là-dedans de fabuleuses quantités de morues.

La rivière au Tonnerre, où nous entrons pour prendre terre, a donné son nom à la localité[1], comme la chose s’est faite en bien d’autres endroits de la Côte, ainsi qu’on a été à même de le constater plus d’une fois dans ce livre. Cette façon de procéder a le mérite de simplifier la science géographique. Si les savants avaient la moindre pitié pour le jeune âge, tous les accidents de la croûte terrestre que l’on rencontrerait en un même lieu, rivière, montagne, lac, etc., seraient ainsi désignés par un même nom, baroque autant qu’ils le voudraient ; et cela réduirait en de fortes proportions l’amas de dénominations géographiques qui est l’un des plus parfaits instruments de supplice inventés pour torturer l’enfance. Mais, allez donc faire entendre raison à des

  1. Statistiques. — Population : 51 familles, 264 personnes, dont 177 communiants ; 46 confirmés. Une famille protestante de 5 personnes.