Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 23 crop).jpg

CHAPITRE DEUXIÈME

Betsiamis


Un yacht fameux. — Messe pontificale. — Du latin à la montagnaise. — Chapelle et presbytère. — Le P. Arnaud. — Les Oblats sur la Côte Nord. — Le P. Babel. — Les prétendus vols des Oblats. — Un marguillier antiscolaire. — Un revenant. — Des Escoumins à Betsiamis. — Les missions d’autrefois. — Les courses évangéliques du P. Babel. — Les chapelles bâties par les Oblats. — La rivière Betsiamis.


Samedi, 27 juillet.[1] — Le village de Betsiamis est bâti au fond d’une large et profonde baie, à l’entrée de laquelle le steamer Otter s’est arrêté. Il y a une bonne distance à parcourir pour se rendre à terre. Mais le yacht du Père Arnaud a déjà accosté le steamer et nous y descendons aussitôt. Le yacht du Père Arnaud n’est pas le premier venu. Ses proportions sont assez considérables, et l’on peut y voyager fort commodément. Il est aménagé non pour prendre part à des régates, ni pour transporter des marchandises, mais pour recevoir à son bord un bon nombre de passagers. Il est occupé dans toute sa longueur par une cuisine, à l’avant, et une grande chambre garnie de lits de chaque côté ; durant le jour, cette

  1. Cela me contrarie fortement de passer brusquement du 26 mai au 27 juillet ; mais il faut savoir se plier aux circonstances incontrôlables. Nous ne descendîmes à Betsiamis qu’à notre retour du Labrador. Au mois de mai, en effet, les sauvages n’étaient pas encore arrivés de l’intérieur des terres, et Mgr Labrecque se vit obligé de retarder de deux mois sa visite pastorale en cette localité. Cela ne faisait pas mon affaire. Allez donc traiter de Betsiamis à la suite de Natashquan ! La géographie en aurait été révoltée ! Il m’a paru préférable de lui sacrifier la chronologie : et je parle tout de suite de Betsiamis, qui est pour ainsi dire, du côté de l’ouest, le commencement de ce qu’on appelle la Côte Nord.