Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/236

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
220
LABRADOR ET ANTICOSTI

aurait pas fallu davantage, évidemment, pour forcer les passagers encore vivants à différer de quelques jours la traversée. Quant à nous, nous n’exigeâmes pas qu’on nous mît en mesure de nous livrer personnellement à des expériences de ce genre. Et nous étions d’autant mieux disposés à bien accueillir là-dessus l’opinion des gens du métier, qu’il y avait, au fond de l’âme de chacun de nous, un éloquent avocat qui plaidait avec insistance le maintien du statu quo. Quelques jours de tranquillité feraient bien l’affaire, après tous ces déplacements que nous avons subis depuis deux mois ;… et puis l’endroit était vraiment bon, à tous les points de vue possibles, pour jouir de ce repos le plus complet ;… quand on est tombé dans une pareille oasis, il faut en profiter, etc.



Huard - Labrador et Anticosti, 1897 (page 428 crop).jpg