Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
285
MINGAN — POINTE-AUX-ESQUIMAUX

d’être assez âgé pour pouvoir se tenir debout tout seul, et, d’autre part, de n’avoir pas dépassé l’âge où l’on cesse d’avoir droit au nom de petit garçon ou de petite fille. Ah ! la jolie assemblée que faisait cette réunion de petits bonshommes et de petites bonnes femmes ! Ne dit-on pas que le sol et le climat du Labrador ne permettent pas plus aux rosiers qu’aux autres plantes d’ornement de croître en ces parages ? Mais les voilà, les rosiers du Labrador, puisqu’il y a tant de roses sur tous ces frais visages ! — Et voici que l’un s’en vient réciter son petit compliment à Monseigneur ; l’autre chante une petite chanson ; un groupe exécute un chœur de circonstance. Et cela continue de la sorte durant une bonne demi-heure. Il n’y a pas besoin qu’un auge vienne nous dire que les bonnes Sœurs du Couvent, avant leur récent départ pour la maison mère de Québec, ont préparé tout ce joli programme ; cela se voit assez. À la fin, Monseigneur adresse au jeune auditoire quelques paroles bien paternelles et distribue des images à ceux de ces petits qui ont chanté ou récité quelque chose ; puis, comme le paquet de gravures ne paraissait pas beaucoup diminué, la distribution se continue en faveur de tous les enfants ; et même, puisqu’il fallait voir le bout du paquet, on en vint à ne plus tenir rigoureusement compte des limites d’âge que j’ai précédemment indiquées. Si bien que toute la jeunesse de la Pointe-aux-Esquimaux emporta un beau souvenir de Monseigneur. Mais la bénédiction que le Pontife donna à tous ces enfants, c’est encore mieux que les plus riches cadeaux. Qu’il était beau de voir ce Pasteur levant les mains au ciel, et bénissant, au nom de Dieu lui-même, cette portion la plus chérie du troupeau !

L’enfer, à notre époque surtout, n’épargne rien pour ravir l’enfance à la douce influence de l’Église, à l’amour de Dieu. Nous avons vu ses diaboliques efforts s’exercer jusque parmi notre peuple fidèle ; quelques-uns, soit consciemment, soit inconsciemment, ont donné dans les pièges de Satan. Pasteurs de tous les degrés de la hiérarchie, continuez à défendre les petits agneaux, continuez à redouter les approches des loups ravis-