Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/309

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
293
POINTE-AUX-ESQUIMAUX

1859 — RR. PP. H.-A. Charpeney et L.-F. Babel, O.M.I.

1860 — M. F.-X. Plamondon.

Ce fut au printemps de l’année 1860 que M. Plamondon (qui fut vicaire à Saint-Roch de Québec, de 1856 à 1874, et, depuis 1874, desservant et curé de Saint-Jean-Baptiste de Québec, où il mourut il y a quelques années) donna la mission à la Pointe-aux-Esquimaux[1]. Dès l’automne suivant, les fidèles de ce poste eurent la joie d’avoir un prêtre résidant au milieu d’eux.

La manière dont cet événement se produisit est assez extraordinaire pour valoir la peine d’être racontée.

Dans l’automne de 1860, plusieurs pêcheurs de la Pointeaux-Esquimaux s’étaient rendus à Québec, pour y vendre leur poisson et acheter leurs provisions d’hiver. Rencontrant sur la rue un prêtre à l’aspect tout particulièrement vénérable, ils le prièrent d’entendre leur confession. Le bon prêtre leur répondit qu’il était lui-même étranger ; il arrivait des missions du Haut-Canada, et se préparait à retourner en France, dans sa patrie la Savoie. Sa place était même retenue et payée sur le vaisseau où ses bagages étaient d’ailleurs déjà embarqués ; le départ était fixé au lendemain. Cependant, il les confesserait volontiers, mais à condition qu’on le suivrait jusqu’à l’archevêché, où il devait se pourvoir de la juridiction nécessaire.

Chemin faisant, ces braves gens lui apprirent qu’ils ne pouvaient guère se confesser qu’une fois par année, quand ils venaient à Québec. Sans doute un missionnaire allait chaque année donner la mission à la Pointe-aux-Esquimaux ; mais, à cette époque, ils étaient toujours absents, occupés à faire la pêche en d’autres endroits. Bref, ils étaient bien malheureux. Quelle tristesse pour eux, par exemple, de ne pouvoir solenniser les belles fêtes de Pâques et de Noël ! Mais surtout, lorsqu’il y avait des malades dans le hameau, quelles n’étaient pas les

  1. En souvenir de ses travaux apostoliques au Labrador, M— Plamondon fit à Mgr Rossé le don d’une belle statue de son patron, saint François Xavier, qui fut placée sur le toit d’une aile du Couvent, à la Pointe-aux-Esquimaux.