Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/334

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
316
LABRADOR ET ANTICOSTI

reste de bons procédés avec la population de la Pointe-aux-Esquimaux, fit voter par les Chambres la somme d’argent nécessaire pour la construction d’une jetée à la Pointe. À vrai dire, il y en avait déjà une qui avait été construite par un particulier, quelques années auparavant, un peu à l’ouest de l’église ; mais elle était de faibles dimensions et ne pouvait rendre de services à la grande navigation. Toutefois le gouvernement en fit l’acquisition, dans le dessein de la prolonger jusqu’à l’eau profonde ; cette eau profonde étant assez rapprochée de terre, l’entreprise ne devait pas être considérable. Au moment de notre séjour à la Pointe-aux-Esquimaux, l’ingénieur du gouvernement s’y était rendu et attendait, pour commencer les travaux, l’arrivée du bois de construction, que l’on faisait venir du Saguenay. Car ce n’est pas en cet endroit de la Côte Nord que l’on trouverait des bois d’assez fort volume pour un tel ouvrage. La petite jetée dont j’ai parlé, a été faite avec des pièces de bois jetées par la mer sur le plain. Il n’y a ici que de petits arbres.

On s’imagine peut-être que la construction de cette jetée apportait une joie délirante dans le cœur de cette population ? Point du tout. On est si bien habitué, de longue date, à prendre son canot pour aller accoster au large le steamer ou les goélettes, que l’on n’apprécie pas beaucoup le charme qu’il y a à se rendre pédestrement à bord de ces vaisseaux. Et puis, ici comme partout, l’endroit choisi pour la construction d’une jetée ou d’un quai est toujours celui qui n’aurait pas dû l’être ; il est absurde, insensé, criminel de placer en tel lieu cette construction ! Les officiers du gouvernement sont tout à fait accoutumés aux propos de ce genre ; et — que voilà une pensée consolante — pour peu que leur carrière ait eu quelque durée, ces doléances ne leur font perdre ni le sommeil, ni l’appétit, ni la paix de la conscience. On construit le quai où l’on trouve que c’est le mieux, on laisse dire tout ce que l’on veut, et à la fin tout le monde est content. Pour ce qui en est, en particulier, de la Pointe-aux-Esquimaux, des pêcheurs prétendaient que la jetée, placée à l’endroit qui a été choisi, allait déranger les courants de