Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/472

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
454
LABRADOR ET ANTICOSTI

une fausse piste. Encore ici, en effet, la géographie fut la victime de la virtuosité étymologique de nos compatriotes, que plusieurs fois déjà j’ai eu l’occasion de signaler. Disons, pour apporter quelque excuse à ce nouveau forfait de linguistique, que la tentation était vraiment trop forte. Ce poste avait le tort de s’appeler Tabaquen… et nos gens ont trouvé qu’il y avait assez de tabac là-dedans pour en faire une tabatière. Leur crime, après tout, n’est peut-être pas si grand.

« Tabaquen » ou « Tapatienne », cela signifie sorcier, en montagnais. Mgr Bossé[1] explique que la désignation de pointe aux Sorciers a dû être donnée à ce lieu parce que les sauvages, avant de partir d’ici pour s’enfoncer dans les bois, devaient consulter les jongleurs pour savoir à quoi s’en tenir sur le voyage de chasse qu’ils allaient entreprendre. Cela est au moins vraisemblable, et l’on peut très bien s’en contenter.

Vue de la mer, la Tabatière est d’un aspect très pittoresque. Les sombres rochers de la côte s’écartent là pour faire place à une vallée que bordent d’un côté des collines couvertes de végétation, et de l’autre un morne élevé, d’où l’on aperçoit tout le pays. C’est au fond de cette vallée que se trouvent l’église et le presbytère.

Cette église, longue de 35 pieds et large de 19, fut bâtie par les Oblats, il y a plus de quarante ans, avec le concours des pêcheurs de l’endroit et des environs. L’extérieur en est très pauvre ; mais du moins cette chapelle est surmontée d’un clocher qui, malgré ses proportions modestes, lui donne un relief particulier : car un clocher, dans ce Labrador, c’est une chose rare. Quant à la cloche, d’assez fort volume, elle est devenue infirme, victime d’un accident qui lui est arrivé par suite de la façon défectueuse dont elle était suspendue. Elle gît maintenant sur le côté, près de la porte de l’église, et c’est dans cette position misérable que, d’une voix languissante, elle appelle encore les gens à l’office.

  1. Annales de la Propagation de la Foi, Québec, juin 1887, page 207.