Page:Huard - Labrador et Anticosti, 1897.djvu/68

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
52
LABRADOR ET ANTICOSTI

lutte contre l’Église est impossible, ne néglige aucun expédient pour entraver du moins son œuvre divine.

Il serait beau aujourd’hui, l’état intellectuel du monde, si l’Église ne l’avait constamment relevé de ses défaillances ! Déjà, à la venue de Notre-Seigneur Jésus-Christ, on était bien parti pour atteindre la vérité ! Où en serions-nous donc, de nos jours, sans l’action de l’Église ?

Dans notre pays même, l’Église a fait comme ailleurs : elle a exercé son influence sur les lettres et les sciences d’une façon si évidente qu’il serait absolument ridicule de le nier. Voici pourtant une nouvelle preuve, ajoutée à tant d’autres, de l’intérêt qu’elle porte au progrès des connaissances humaines. Je veux parler du musée d’histoire naturelle qu’il y a à Betsiamis. Qui pourrait s’attendre à trouver un beau musée d’histoire naturelle à Betsiamis ! Comment imaginer seulement que le P. Arnaud, qui a passé sa vie à courir après les survivants d’une race sauvage disséminés sur une grande étendue du pays, pour les mener tous au ciel, aurait, au milieu de tant de voyages et de travaux apostoliques, songé à faire un musée ?

Il est là, pourtant, ce musée, dans la bourgade montagnaise de Betsiamis. Et, dans la Province, peu de collections, dues à l’initiative des particuliers, le surpassent en valeur.

Les gens de science attachent aujourd’hui beaucoup d’importance à des collections de ce genre, qui contiennent comme un résumé de la faune et de la flore d’un pays. Eh bien, le vieux missionnaire des Montagnais a rendu à l’histoire naturelle du Canada le précieux service de réunir, au seuil même du pays de Labrador, un musée des curiosités et des objets scientifiques qui peuvent donner quelque idée des ressources de ce grand territoire.

Mais il convient de faire l’historique de ce musée, et de dire aussi quelque chose de ce que l’on y voit.

Il n’est guère probable que le P. Arnaud se soit proposé, lorsque ses supérieurs lui confièrent les missions de la Côte Nord, de se livrer à la pratique de l’histoire naturelle. Mais,