Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Choses vues, tome II.djvu/173

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Louis Blanc vient ce matin me consulter sur la conduite à tenir pour la Commune.

Unanimité des journaux pour me féliciter de m’être abstenu hier.


2 novembre. — Le gouvernement demande un Oui ou un Non. Louis Blanc et mes fils sont venus en causer.


4 novembre. — On dément le bruit de la mort d’Alexandre Dumas.

On est venu me demander d’être maire du iiie, puis du xie arrondissement.

J’ai refusé.

J’ai été à la répétition des Châtiments à la Porte-Saint-Martin. Étaient présents Frédérick Lemaître, {{Mmes Marie Laurent, Lia Félix, Duguéret.


5 novembre. — Aujourd’hui a lieu la lecture publique des Châtiments pour donner un canon à la défense de Paris.

Les iiie, xie et xve arrondissements me demandent de me porter pour être leur maire. Je refuse.


6 novembre. — Mérimée[1] est mort à Cannes. Dumas n’est pas mort, mais est paralytique.


7 novembre. — Le 24e bataillon m’a fait une visite et me demande un canon.


8 novembre. — Hier soir, en revenant de rendre sa visite au général Le Flô, j’ai passé pour la première fois sur le pont des Tuileries, bâti depuis mon départ de France.


9 novembre. — La recette nette produite par la lecture des Châtiments à la Porte-Saint-Martin pour le canon que j’ai nommé Châteaudun a été de 7 000 francs ; l’excédent a payé les ouvreuses, les pompiers et l’éclairage, seuls frais qu’on ait prélevés.

On fabrique en ce moment à l’usine Cail des mitrailleuses d’un nouveau modèle dit modèle Gattlir.

Petite Jeanne commence à jaboter.

La deuxième lecture des Châtiments pour un autre canon se fera au Théâtre-Français.

  1. Romancier, auteur du Théâtre de Clara Gazul, de Carmen, de Colomba ; devint, en 1830, chef de cabinet du comte d’Argout, puis membre de l’Académie française ; condamné à l’amende et à trois mois de prison pour avoir défendu, dans la Revue des deux mondes, Libri ; devint plus tard sénateur sous le second empire. (Note de l’éditeur.)