Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/10

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Victor Foucher[1].


31 janvier [1849].

Voici, mon cher Victor, une note que je recommande à ta plus sérieuse attention[2]. Il est à ma connaissance personnelle que Francis Sarre a été complètement étranger à l’insurrection de juin. Il est parent de M. Chatard que tu connais comme moi. La note t’expliquera tous les faits. Je te demande de la manière la plus instante la mise en liberté de ce pauvre jeune homme absolument innocent. Je te serai obligé de hâter la bonne solution de cette douloureuse captivité.

À toi de tout cœur,
Victor. H.[3]


À Monsieur Charles de Lacretelle.


De l’Assemblée, 13 février [1849].

Vous voyez les choses, mon vénérable ami, avec ce coup d’œil sûr et calme des esprits habitués à contempler et à méditer. Les hommes comme vous commencent par juger et finissent par aimer. En vieillissant, l’historien s’attendrit et devient un sage. Votre sévérité même est empreinte de bonté. Vous absolvez les choses parce que vous comprenez les hommes.

Cependant cette placidité sereine n’ôte rien à votre chaleur d’âme, et, quand nos sottises et nos folies sont dignes de colère, votre réprobation est d’autant plus pesante aux mauvais hommes qu’elle vient d’un esprit bienveillant.

L’histoire que nous faisons ne mérite pas un historien comme vous. Aussi je vous félicite de passer doucement votre vie dans vos champs à rêver et à faire des vers. Mais envoyez-moi de temps en temps, à moi lutteur, un de ces mots qui veulent dire : courage ! Le combat n’est pas fini. Nous aurons encore besoin de force et de résolution, nous qui sommes dans la mêlée. Quant à moi, j’ai le cœur à la fois plein de crainte et d’espérance. J’ai une foi profonde dans l’avenir de la civilisation et de la France, mais

  1. Inédite.
  2. Victor Foucher était, depuis 1848, procureur de la République.
  3. Bibliothèque Nationale.