Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/234

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


la queen. Ribeyrolles[1], à regret et mis en demeure, a publié cette gaminerie dans L’Homme. De là, vacarme de police à Jersey, expulsion des hommes de L’Homme. Ceci était grave. Il n’y avait plus d’Angleterre.

J’interviens, j’écris et je signe la Déclaration que vous avez sans doute reçue. Nos amis adhèrent. J’avais détruit le quiproquo, rétabli le vrai terrain, rendu le soufflet. J’attendais de pied ferme. La Déclaration est publiée dans les journaux et affichée sur les murs le 17 ; le 22 conseil de la queen à Windsor ; le 26 on nous signifie l’expioulcheune. Me voilà à Guernesey.

Je demeure à Saint-Pierre, capitale de l’île, Hauteville Street 20, dans une sorte de nid de goëlands que j’ai nommé Hauteville-Terrace. Écrivez-moi là, ou simplement à Guernesey, en attendant l’adresse secrète que je vous enverrai prochainement.

Auguste a oublié le chiffre de l’argent que vous avez à moi ; mais il me dit que je peux tirer hardiment sur vous pour 700 francs ; je le ferai bientôt.

Les liards commencent à me manquer, les expioulcheunes sont hors de prix.

À bientôt donc une lettre. Je serre votre main tendrement. Mettez-moi aux pieds de Mme Paul.

J’oubliais de vous dire que j’ai été admirablement reçu ici. Toute la ville était sur le quai. Toutes les têtes se sont découvertes quand j’ai traversé la foule. Meeting sur meeting en Angleterre pour protester contre l’expulsion[2].


À Noël Parfait.


Guernesey, Hauteville-Terrace,
11 9bre [1855].

Grâce à notre exode qui recommence, votre lettre du 2 m’est arrivée hier. Écrivez-moi désormais simplement à Guernesey, et envoyez-moi le plus tôt possible les bonnes feuilles qu’il me faut pour dresser l’erratum. Oui, certes, des cartons. Qui donc lit les errata ? et puis, pour l’éditeur de Paris, ces corrections aideront.

Je crois bien que la grève devait vous donner des migraines, si vous teniez à comprendre. Mais en lisant la feuille corrigée, vous avez dû admettre qu’il n’y a rien d’étrange à ce qu’une âme se soit échappée aux grands cieux

  1. Ribeyrolles se fit connaître par la publication de ses études sur Mirabeau, Sieyès, Chateaubriand ; il collabora à la Revue de France, à La Réforme dont il devint rédacteur en chef. Représentant du peuple en 1849, il fut condamné à la déportation et désigné pour Cayenne. Il put gagner Jersey après le coup d’État et fonda le journal L’Homme, mais ce journal fut poursuivi en 1855 pour avoir publié une lettre ouverte et peu respectueuse à la reine d’Angleterre, qui venait de rendre à Louis Bonaparte sa visite. Ribeyrolles fut expulsé de Jersey. Il se réfugia à Londres.
  2. Correspondance entre Victor Hugo et Paul Meurice.