Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/261

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


trilogie des maçons, des peintres et des tapissiers. Après quoi, les portes s’ouvriront à deux battants du côté de la France, du côté de la poésie, du côté des bons et vaillants cœurs, et vous arriverez, n’est-ce pas ? À vous. — À vous. — À vous.

V.

Je vois, d’après un mot de vous à Auguste, qu’une chose que je vous ai envoyée ne vous est pas parvenue. Je vous la renverrai jusqu’à ce qu’elle vous arrive[1].


À Paul Meurice.


17 juin [1856].

Voici mes paroles à l’Italie. Je vous envoie le texte, plus la traduction qu’en ont donnée les journaux anglais. Vous savez les cris que cette chose a fait pousser aux journaux de M. Bonaparte. Je vous envoie les réflexions de deux journaux belges, la Nation et le National, à ce sujet. Ce ne sont que des échantillons de l’émotion produite. Elle a été grande, et je crois qu’elle sera bonne. Du reste, voici l’histoire : Mazzini m’a écrit pour me prier de lui donner un coup de main quant à l’Italie. J’ai répondu en ajournant, doutant que je puisse être utile, moi étranger, moi français, parlant aux italiens. Mazzini a insisté par une lettre si pressante, me répondant de l’effet que je produirais sur l’Italie (il la représente en effet), m’adjurant au nom de la question européenne et de la révolution, etc. — que, mis en demeure, je n’ai pas dû refuser plus longtemps. J’ai bien fait. Mazzini a traduit en italien mon appel à l’Italie. Cela a paru dans l’Italia e Popolo à Gênes, la chose se réimprime sous le manteau, et fait un chemin du diable dans le grand souterrain italien. J’ai crié : Agitez-vous ! et voici la réplique qui m’arrive à l’instant même. Je coupe ces trois lignes dans un journal :

PIÉMONT.

On lit dans le Risorgimento de Turin :

Les nouvelles d’Italie peuvent se résumer en une seule phrase : L’Italie s’agite. De l’Etna au Tessin tout fermente, et la Péninsule est en ébullition.

Si vous saviez comme on souffre dans cette pauvre Italie, et que de choses terribles on en raconte ! Quand finira l’épreuve des peuples ? Je me sens saigner par toutes leurs blessures.

  1. Bibliothèque Nationale.