Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/388

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Enfin, mon doux et admirable ami, Charles ! Eh bien, est-ce qu’il ne vaut pas mieux pour lui venir ici ? Le drame à faire[1] l’y amènera nécessairement et il y a chance que Hauteville-House le retienne. Si je suis à Bruxelles, il y vient, y passe huit jours, et repart pour Paris. Charles est donc encore une raison pour que je n’aille point à Bruxelles et pour que je reste ici. Communiquez ceci à Auguste et à ma femme, et dites-vous bien que j’ai tout pesé et que je suis dans le vrai en restant ici. Quant à l’affaire épreuves, la seule qui tient au cœur des éditeurs belges, il dépend d’eux de corriger en première de telle façon que je n’aie que du bon à tirer à leur envoyer. Et puis enfin vous à Hauteville-House, c’est ma récompense et ma fête ! Ne me l’ôtez pas.

Je vous envoie ci-joints trois petits messages, Charles, Deschanel, Cerfbeer[2]. (Mon portrait. Je lui écrirai après l’article qu’il m’annonce)[3].


À Albert Lacroix.


Hauteville-House, 13 mars [1862].

Mon cher monsieur, en même temps que cette lettre vous recevrez, paquet chargé, la troisième partie intitulée Marius. Deux volumes, huit livres. Cinq livres pour le tome premier, trois pour le tome II. Les titres des huit livres sont :

I. Paris étudié dans son atome.
II. Le grand bourgeois.
III. L’aïeul et le petit-fils.
IV. Les amis de l’A. B. C.
V. Excellence du malheur.
VI. Conjonction de deux étoiles.
VII. Patron-minette.
VIII. Le mauvais pauvre.

En tout 137 feuillets.

Vous trouverez sous ce pli le reçu des 60 000 francs, et le bulletin du post-master constatant l’envoi à votre adresse du paquet chargé. Le coût du paquet est de une livre sterling, quatre shellings, six pence.

Le paquet est sous double enveloppe, noué d’une corde et scellé de cinq cachets noirs. J’y ai empreint mon cachet de pair de France, je repro-

  1. Charles projetait d’écrire, en collaboration avec Paul Meurice, un drame d’après le roman des Misérables.
  2. Anatole Cerfbeer, journaliste, collabora, sous son nom et sous divers pseudonymes, à un grand nombre de journaux. Il laisse un ouvrage très estimé : Répertoire de la Comédie Humaine, de H. de Balzac.
  3. Bibliothèque Nationale.