Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/389

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


duis ce cachet sur cette lettre pour que vous puissiez constater que rien n’a été ouvert. J’ai abdiqué ces armoiries depuis la république ; mais je les emploie aujourd’hui pour votre sécurité comme moyen de contrôle.

Vous reconnaîtrez, je crois, de plus en plus, la vérité de ce que je vous disais à Guernesey des Misérables. « Ce livre, c’est l’histoire mêlée au drame, c’est le siècle, c’est un vaste miroir reflétant le genre humain pris sur le fait à un jour donné de sa vie immense ».


Le titre de la IVe partie sera très probablement :

L’idylle rue Plumet

et

l’épopée rue Saint-Denis.

Je désire beaucoup que rien dans le travail de revision ne vienne faire obstacle à ce titre qui est très bon. J’espère tout à fait pouvoir m’y tenir.

Le titre de la cinquième partie sera toujours : Jean Valjean.

Je vous envoie deux feuilles corrigées dont un bon à tirer.

Maintenant que vos ouvriers sont nécessairement dans le secret, il faut m’envoyer les épreuves avec les titres courants au haut des pages, car c’est toujours un danger de laisser ce petit remaniement derrière soi quand on donne un bon à tirer. La raison pour ne pas mettre ces titres courants n’existe plus.

Je vous écrirai demain. Il faut songer en effet à la publication. Communiquer des extraits à tous les journaux à la fois le même jour, la veille de la publication ou le jour même. Chargez-vous de Bruxelles, Meurice et Vacquerie se chargeront de Paris. Ne rien donner à l’avance à aucun journal. On les mécontente tous pour en satisfaire un.

Mille affectueux compliments

V.[1]


À Madame Victor Hugo[2].


16 mars 1862.]

Chère amie, tu es bien gentille et bien charmante, ne nous mets pas en pénitence. Tes lettres sont notre joie. Continue-nous-les. Auguste et Meurice sont admirables pour mon livre. Dis-le-leur. Crie-le-leur de ma part. J’ai faim et soif de voir mon Charles. Quant à toi, tu vas arriver, n’est-ce pas ?

  1. Gustave Simon, La Revue, 15 mai 1909. Correspondance relative aux Misérables. — Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.