Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/419

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’en face, une très belle fille de vingt ans, décolletée en l’honneur de la Vierge, me regarde fixement, quoique je sois une barbe grise. Les français font toujours prime et sont en hausse partout. Mon Victor chéri, tu as bien travaillé, tu es un penseur et un lutteur, maintenant repose-toi un peu, amuse-toi et aime-moi. Nous avons joliment parlé de vous tous dans ce voyage. Mes plus vives amitiés à mon vaillant et cher compagnon d’exil Kesler. Remets ce mot à M. Marquand. Je te serre dans mes bras[1].

V.


À François-Victor[2].


Abbaye de Villers, 5 7bre [1862].

Cher fils, tu trouveras ci-jointes trois lettres dont une à toi. Je ne sais si nos deux excellents amis pourront venir, je serais bien heureux de leur présence, mais je n’ose y compter. Quant à toi, il me semble que tu ne peux résister à l’appel pressant et charmant qui t’est fait. Tu verras ici Charles, tu y verras M. Pagnerre, tu y auras le cœur et l’esprit contents. Si tu te décidais à ce petit voyage qui coïncide avec tes projets sur Londres, je te paierais tes frais de voyage de Guernesey à Bruxelles, et de retour de Bruxelles à Londres ; ton retour du reste aurait lieu probablement en même temps que le mien, car immédiatement après le banquet[3], le lendemain même, si je puis, je compte prendre la route de Guernesey. Si tu désirais rester à Londres, je t’y laisserais. Mais, comme tu vois, tous les frais extra entraînés par ta visite sur Bruxelles seraient couverts par moi. Viens, mon enfant chéri. Ce sera ma joie.

J’ai à peine le temps de t’écrire. Il faut que cette lettre parte en hâte. Le temps nous presse. J’espère que tout continue d’aller bien à Hauteville-House. M. Lacroix vient de me dire que, d’après tout ce qui lui revenait, le livre de ta mère était un travail ravissant[4]. Ce sont ses propres termes. Mon retour à Guernesey est, comme vous voyez, mes chers bien-aimés, un peu retardé par le banquet. J’espérais qu’il aurait lieu le 8. Vacquerie a demandé l’ajournement au 15 ou 16. Pour avoir Vacquerie il faut tout faire, et j’ai accepté l’ajournement. Le banquet aura lieu le 16.

Au moment de fermer cette lettre, je conseille à M. Lacroix, qui accepte, d’y ajouter deux invitations, l’une pour M. Talbot, l’autre pour Harney. Tu

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Banquet offert à Victor Hugo par les éditeurs des Misérables, Lacroix et Verboeckhoven, à Bruxelles. Voir pour les détails Actes et Paroles. Pendant l’exil. Historique. Édition de l’Imprimerie Nationale.
  4. Victor Hugo raconté par un témoin de sa vie.