Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/478

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


en a tremblé. C’est qu’en effet il n’y a pas loin de ces acclamations-là à la délivrance.

Votre ami,
V. H.[1]


À Émile Deschamps.


H.-H. 28 avril 1864.

.

Cher Émile, je reçois vos vers exquis[2]. Je pense que, de votre côté, vous avez reçu mon livre avec votre nom et le mien en tête. Que c’est bon la vieille amitié ! Je vous le rabâche, mais c’est que j’en déborde. Je vous aime comme au temps où nos cheveux étaient noirs. C’était le printemps et la jeunesse, aujourd’hui c’est toujours la poésie et l’amitié. Quel superbe et charmant toast vous portez à Shakespeare ! Je viens de lire à haute voix vos vers en me promenant sur la plage, à l’océan, mon autre vieil ami. Il doit avoir du goût, étant si grand, et il a dû les trouver beaux. Je vous envoie son bravo qu’il m’a rugi entre deux rafales, et mon applaudissement.

Senescens sed bonus.

Victor Hugo[3].


À Auguste Vacquerie


H.-H. 2 mai [1864].

Cher Auguste, lisez cette lettre adressée à Janin, et envoyez-la si vous pensez qu’il la prendra comme je l’écris, c’est-à-dire de tout cœur. Je sens l’embarras où le jettent ces pauvres passions envieuses de l’Académie, et je voudrais le mettre à l’aise de mon côté du moins. Je lui demande donc de ne plus parler de moi[4]. Si vous êtes d’avis qu’il pénétrera bien ce qu’il y a d’affectueux et de cordial dans ma pensée, transmettez-lui ma lettre, sinon

  1. Brouillon écrit par Victor Hugo au verso de cette lettre de Garibaldi, dont voici la traduction donnée par Le Phare de la Loire du 1er mai 1864 :
    Londres, 22 avril 1864.
    « Cher Victor Hugo,
    Aller vous rendre visite dans votre exil était pour moi plus qu’un désir, c’était un devoir. Mais les circonstances ne me le permettent pas. J’espère que vous me comprendrez. Loin ou près de vous, je ne suis jamais séparé de vous et de la noble cause que vous représentez.
    Toujours à vous,
    G. Garibaldi. »
    }
  2. Jubilé de Shakespeare. Toast en vers au banquet de Paris.
  3. Henri Girard. Émile Deschamps, dilettante.
  4. Afin que Janin ne compromette pas son élection à l’Académie.