Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome II.djvu/581

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


teur Mandl (32, rue Tronchet), 4° à M. Ph. Burty (4, rue du Petit-Banquier), 5° à M. Lecanu, 6° à notre excellent et cher Émile Allix. Chaque dessin porte sa destination écrite de ma main.

Dites, je vous prie, à ma femme que je lui remettrai moi-même son dessin d’étrennes à Guernesey. Je ne lui écris pas, espérant qu’elle nous arrivera le 1er de l’an.

Dimanche 30, 5 h, du soir.

Le courrier arrive, j’ai votre lettre, et je n’ai que le temps de fermer celle-ci. 1° L’envoi Frond ne m’est pas encore parvenu. Dès que je l’aurai, je ferai ce qu’il désire. Merci d’avance, ex imo, pour ma biographie écrite par vous sur votre airain. 2° Je n’ai pas reçu davantage le livre Pensées et réflexions de M. H. Boucher. M. Bouchet m’est profondément sympathique, dites-le-lui. Dès que j’aurai son livre, je lui écrirai.

(Ce qui suit est très confidentiel : Il ne faut pas que Guérin vienne à Guernesey en ce moment. La plaie faite par lui à Marquand est, pour des raisons diverses, plus à vif que jamais. Il surgirait entre les deux beaux-frères des complications déplorables, surtout dans ce petit pays commère. Ne dites rien de cela à Guérin, mais trouvez moyen que Lequeux ait besoin de lui et ne puisse lui donner de congé. Dites la chose à ma femme, elle la connaît du reste. Recommandez-lui le secret.)

Je souhaite à l’année 1867 un Fils. Tâchez de le lui faire.

Siempre tuyo.

V.[1]


À Charles. — À François-Victor[2].


H.-H., Dim. 30 Xbre [1866].

Mes enfants bien-aimés, je commence par vous embrasser tous les trois — tous les quatre — tendrement. Maintenant, causons. — Charles, Hetzel m’a retenu les mille francs que tu lui devais. Il s’est dit autorisé par une lettre de toi à se payer sur moi, et il l’a fait. Tu devais me rembourser à 50 francs par mois, mais je viens de lire ta lettre, mon Charles, et je te fais don de ces mille francs. Je continuerai de te payer ta pension sans retenue.

Victor, je ne veux rien t’acheter, et je veux tout te donner. Tu dois neuf

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.