Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


excellents conseils et surtout, madame, votre aimable compagnie. J’ignore si ces corsaires de marchands et ces sirènes de marchandes se sont joués de mon ignorance et de ma stupidité, je n’avais que des lueurs très vagues sur la mode actuelle, et vous auriez sans doute bien ri en voyant de quel air soumis j’en passais par tout ce qu’ils voulaient, vous en rirez peut-être encore, en jugeant le résultat de ces chanceuses promenades. C’est ce résultat que j’ai l’honneur de vous envoyer dans les paquets ci-joints. Que le hasard m’ait bien ou mal servi, veuillez, madame, n’en louer ni n’en accuser mon goût. Soyez assez bonne pour excuser le peu d’importance de ces cadeaux et n’y voir qu’une faible marque d’un bien sincère attachement. Le paquet que je prends la liberté de vous offrir est incomplet, mais j’espère que si le temps le permet, d’ici à quelques jours vous voudrez bien me diriger vous-même dans la manière la plus agréable pour vous de le compléter.

Ce n’est pas pour imiter les gens du grand monde que je vous fais remettre tout cela par messager, mais c’est parce que les poches des habits sont aujourd’hui si petites que je ne saurais où mettre cette charge, en allant demain vous présenter en personne mes respects et l’hommage de tous mes vœux ardents pour votre bonheur commun.

J’espère, et c’est le plus vif de mes désirs, que toutes les santés vont bien ou vont mieux et que demain je trouverai toutes les indispositions ensevelies avec l’année.

Veuillez croire, madame, à l’attachement filial du plus dévoué de vos serviteurs.

Victor M. H.

Si Victor Foucher pouvait faire remettre mon habit à la portière, il m’obligerait beaucoup.[1].


1822


À la même[2].


Ce vendredi [18 janvier 1822].
Madame,

Vous avez eu la bonté de vous charger de mes toiles : je prends la liberté de les mettre à votre disposition en vous suppliant de ne vous en occuper que lorsque vous n’aurez rien de mieux à faire.

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.