Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/135

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Je vous renverrai le prospectus dès que je l’aurai lu. Il me semble que dans l’annonce de la fin on aurait dû diviser les œuvres en 3 sections : Poésie. — Roman. — Drame. (in-8° — in-12)

Je voudrais bien vous voir un de ces matins pour causer avec vous de la publication prochaine et aussi de 'Cromwell, et de Notre-Dame de Paris. Avez-vous commandé l’affiche ? Ferez-vous une affiche générale ou partielle pour Les Orientales ? Enverrez-vous le prospectus avec les journaux ? Songez- vous à faire faire une vignette pour Les Orientales in-18, dont par parenthèse l’impression va bien lentement ? Bug et le Condamné, à la bonne heure !

Au reste je m’en remets bien à votre activité intelligente et habile.

Mille compliments.
V. H.


À Paul Lacroix[1].


Ce mardi 24 [février 1829].

Savez-vous, monsieur, que l’article de l’Album de samedi est une chose excellente[2], pleine de talent et d’esprit, de force et d’éclat. J’ai écrit au directeur du journal pour lui en faire compliment et remerciement. Chargez-vous, je vous prie, de dire à monsieur votre frère combien j’en suis enchanté et quel désir j’ai de l’en remercier personnellement et de vive voix. Il paraît que chez vous le talent est chose de famille.

J’ai maintenant une chose à vous demander, et n’en faites rien pour peu que cela vous donne gêne ou souci. Voici la 2e édition des Orientales et la 3e du Condamné précédées chacune de nouvelles préfaces. Celle du Condamné surtout mérite attention. Est-ce qu’il serait possible qu’on fît au Figaro un petit article collectif sur ces deux éditions et surtout sur ces deux préfaces ? Est-ce que vous seriez assez bon, si cela est faisable, pour le faire ? Cela servirait mon libraire, parce que ce serait dans le journal, et moi, parce que ce serait de vous !

J’ai envoyé les deux livres à M. Roqueplan comme vous me l’avez conseillé !

Je tiens toujours le Condamné à la disposition de M. Royer ; dites-le lui, je vous prie.

Votre ami.
V. H.
  1. Inédite.
  2. Article, non signé, sur Les Orientales, 21 février 1829. Un premier article signe des initiales J. L. (Jules Lacroix) avait paru le samedi 31 janvier.