Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/139

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Soyez assez bon pour remercier en attendant que j’aille le faire moi-même l’auteur du remarquable article sur le style d’Hernani inséré dans le Temps.

Voulez-vous que je vous fasse envoyer nos recettes ? C’est une bonne réponse aux malveillants[1].


À Monsieur Brifaut[2].


11 mars.
Monsieur,

J’ignore ce qu’on peut dire de vous, et je vous déclare une fois pour toutes que je ne m’en occupe en aucune façon. Ce qui est certain, c’est que la censure dont vous faites partie, Monsieur, a abusé de la communication forcée que j’ai dû lui faire de mon manuscrit. Ce qui est certain, c’est que pour votre part, vous avez violé ce fidéi-commis, ce qui est certain, c’est qu’Hernani, drame inédit confié à votre discrétion, devait être sacré pour vous ; ce qui est certain, c’est qu’il ne l’a pas été ; ce qui est certain, c’est que vous en convenez naïvement dans une lettre qui est entre mes mains[3] et que ma modération m’a empêché de publier. Voilà les seuls [faits] que je connaisse pertinemment dans cette affaire.

Pour ce qui est de vous, Monsieur, toutes les fois qu’on m’en a entretenu, je me suis borné à laisser voir votre lettre, et à vous laisser parler vous-même. Maintenant votre lettre vous calomnie-t-elle, c’est ce que j’ignore. Vous le savez mieux que moi. Du reste cette lettre est un fait. Hors de ce fait, je vous le répète, je n’ai rien dit, rien eu à dire. Hors de là je n’ai rien à démentir, ni à confirmer. Voilà mon dernier mot, Monsieur, quant à présent. Il y a dans cette affaire beaucoup de choses ténébreuses que le temps éclaircira peut-être. Je verrai alors ce que j’aurai à faire.

En attendant, monsieur, je vous engage sérieusement à ne plus solliciter de réclamations au moins étranges un homme qui s’est conduit peut-être trop généreusement envers vous et qui pourrait se lasser de cette générosité.

J’ai l’honneur d’être parfaitement votre très humble serviteur.

Vr Hugo[4].
  1. Communiquée par M. Léon Rivoire.
  2. Inédite. — Brifaut faisait partie de la censure. — Hernani. Historique. Édition de l’imprimerie Nationale.
  3. Idem.
  4. Copie de l’écriture de Mme Victor Hugo. — Communiquée par la librairie Cornuau.