Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/211

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


conquérant ou d’un roi ; je fais aujourd’hui comme on faisait autrefois, je mets le Rhin[1] à vos pieds.

Toujours à vous, toujours pour vous.

Votre ami.
Victor Hugo[2].


À Alfred de Vigny[3].


Lundi 24 [novembre 1845].

Merci, cher Alfred, de votre bon et gracieux souvenir. J’aurai grande joie en effet à serrer votre main qui écrit de si belles choses pour tous et de si bonnes pour moi. Je vous irai chercher un de ces matins.

Tuus.
Victor H.[4]


À Auguste Vacquerie[5].


[1845.]

J’ai d’autres pairs que ceux-là, cher poëte, et vous en êtes un. Je suis heureux d’être compris par vous, et heureux de vous comprendre. Un de ces jours, je l’espère toujours, nonobstant les Cogniards qu’il y a, je vous applaudirai avec l’aide de Dieu et de Frédérick[6]. En attendant je suis vôtre, ex imo corde.

V.[7]


1846


À Monsieur Edmond Leclerc[8],
chef du cabinet du minière de l’Intérieur.


9 février.

Vous savez, monsieur, que vous êtes pour moi une gracieuse providence et que lorsque je me sens souffrir dans quelqu’un des membres de cette grande famille des lettres, après avoir épuisé mes chétives ressources, je m’adresse à vous. Il y a dans mon marais, rue de Saintonge, une digne et

  1. Deuxième édition.
  2. Bibliothèque d’Angers.
  3. Inédite.
  4. Communiquée par la librairie Cornuau.
  5. Inédite.
  6. Frédérick Lemaître.
  7. Bibliothèque Nationale.
  8. Inédite.