Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/23

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le pensais, les traites Hetzel n’y étaient pas. Je verrai cela moi-même quand j’irai, quand nous irons à Guernesey. Tu nous y devanceras. C’est à toi que je ferai l’envoi pour septembre.

Georges et Jeanne sont florissants. Tout le monde va bien ici, sauf la pauvre Henriette qui a un érysipèle, mais c’est l’affaire de quelques jours. Moi, je travaille. De là la rareté de mes lettres. Écrire ne repose pas d’écrire. Mais je t’aime bien, chère Julie.

Je suis heureux de la douce hospitalité que tu reçois. J’en remercie Madame Ernest. Pas de femme plus exquisement charmante. Mets-moi à ses pieds. Elle sait combien je l’aime, et son mari, et ses enfants, et tous les siens. Ces dames t’embrassent tendrement, et je fais comme elles. À bientôt, j’espère, chère sœur.

V.[1]


À Paul de Saint-Victor.


Lundi 10 août.

Cher et admirable écrivain, prenez-vous-en à vous. Tibi culpa. Je le relis, ce livre, et je n’ose y toucher[2]. Voilà ce que c’est que de me mettre un beau livre entre les mains ! Je vous obéirai cependant, mais je veux causer avec vous. Je veux savoir ce que vous désirez. Je fais mieux une ruine qu’un visage, et la masure de pierre que la masure de chair. Je cherche le sujet. Quelle belle prose, et digne d’être sculptée dans le marbre de Paros ! Cela dit, je vous attends à dîner (sept heures) vendredi ou samedi, à votre choix.

Écrivez-moi le jour que vous préférez des deux. — À vous.

Ex imo.

V. H.[3]


À Jules Simon[4].


15 août 1874.
Mon cher Jules Simon.

J’achève la lecture de votre livre[5]. Je vous remercie de me l’avoir envoyé. On s’étonne qu’il faille aujourd’hui plaider la cause du 4 septembre.

  1. Collection Pierre Lefèvre-Vacquerie.
  2. Paul de Saint-Victor avait demandé à Victor Hugo un dessin qu’il comptait insérer dans son exemplaire Hommes et dieux. Victor Hugo encadra une page de Méléagre de feuilles de lierre et illustra le titre de La Cour d’Espagne sous Charles  II.
  3. Collection Paul de Saint-Victor.
  4. Inédite.
  5. Le Quatre Septembre.