Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/239

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


nous paraîtrons ; elle doit être datée du moment même de la publication. — Je suis vôtre du fond du cœur.

V.

Il ne faudra faire de cartons que pour les fautes marquées d’une +. Vous serez assez bon pour m’en envoyer épreuve.

Voulez-vous faire passer ceci à Dumas ? — Je ne reçois toujours pas le Mousquetaire.

Je vous répète que Hauteville-house vous aime comme Marine-Terrace vous aimait. C’est le superlatif[1].


À Paul Meurice[2].


9 avril.

Presque en même temps que cette lettre, vous en recevrez une autre par Mme d’A. Je vous y demande de faire supprimer le mot fin (mettre un simple filet à la place) au bas de la dernière pièce du livre. — Voici le reste des premières pages pour nos amis. Je crois n’avoir oublié personne. Si j’avais fait quelque oubli qui vous parût essentiel, envoyez le livre, et si le mot de ma main vous paraît nécessaire, vous me le direz, et je vous l’enverrai plus tard. — Ici une observation importante : aux termes de mon traité, les exemplaires pour les journaux sont pris à part (sur les mains de passe) et ne sont pas compris dans les exemplaires d’auteur. Or, tous les exemplaires distribués par moi (vous y ajouterez Thierry) sont des exemplaires de journaux, même celui de Dumas (le Mousquetaire) et ne doivent pas être pris sur le nombre qui me revient, à l’exception de dix dont voici l’énumération : Paul Meurice, Michelet, Lamartine, Mme d’Aunet, Mme L. Colet, Mme L. Bertin, Mme H. Bercaut, Louis Boulanger, Jules Laurens, Paillard de Villeneuve. — Paul Foucher, c’est l’Indépendance. Je vous serai obligé de m’envoyer le plus tôt que vous pourrez dans une caisse, sur les exemplaires qui me reviennent (je n’ai pas le traité sous la main. M. Hetzel et M. Lévy vous diront le nombre) huit exemplaires dont trois en feuilles, s’il est possible. — Du reste, je m’en remets à votre admirable amitié pour faire faire en temps utile et le plus tôt que faire se pourra, en tenant compte de la mise en vente, la remise des exemplaires, avec les premières pages, chez les destinataires. J’écris à M. J. Laurens qui viendra prendre chez vous le sien et celui de Mme Bertaut. Paul Foucher de même. Envoyez-lui ce mot, je vous prie (savez-vous son numéro ?).

  1. Collection Louis Barthou.
  2. Inédite.