Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/246

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tapisseries. Quant aux asperges, Meurice à qui j’ai écrit avant-hier dimanche a dû vous donner le renseignement. En tout cas je le répète ici : — Prendre chez Vilmorin, grainetier, 200 griffes de deux ans d’asperges grosses, violettes ou de Hollande. — Les faire emballer avec soin et expédier. Cela tient peu de place et coûte peu d’argent.

Voici la lettre pour Janin. Serez-vous assez bon pour la mettre sous enveloppe et la lui porter afin qu’il me sache gré un peu du message et beaucoup du messager. Remerciements pour tout. Je vous rends tout cela en caresses à Mouche qui me paie du plus tendre ronron. Oui, ronron. Cela vous étonne, mais c’est ainsi. Mes respects à ces dames.

Tuus.
V.

La lettre cachetée je la rouvre pour ajouter quatre mots.

1° Très important de fondre avec Mme Colet la cloche des vers Fl[1]. Je conviens qu’il est difficile d’en parler, mais il est impossible d’en écrire.

2° Charles étant absent aujourd’hui, j’ai ouvert la lettre d’Hetzel pour lui. Notre excellent et cher éditeur peut faire ce qu’il croira le meilleur pour que le livre de Charles rapporte le plus possible. Je crois que Charles admettrait tout mode de publication. Inutile d’excepter les journaux bonapartistes.

Nos plus tendres amitiés à qui nous aime[2].


Au même[3].


Dimanche 22 février 57.

Encore quelques jours et vous nous arriverez, et Hauteville-house sera en fête. Vous savez que toutes les lois ont été violées en votre absence, qu’on en est venu, ou revenu, à déjeuner toute la journée, et à dîner toute la soirée. Vous seul pouvez reprendre en main la férocité sans laquelle il n’y a pas d’autorité, et redonner force à l’antique législation en mangeant tout, ce dont, moi soliveau, je vous applaudis, vous grue. Revenez donc, et vite. Quick. — Hier la caisse aux volumes est arrivée. Tout en bon état. Mon bois doré est splendide ; votre cadre est superbe. — À propos de caisses, il est évident qu’on nous vole. Voici le fait. Avez-vous le temps de vous en occuper ? Dans tous les cas, je vous envoie les pièces. Pour la caisse précédente, caisse expédiée par Meurice le 6 janvier dernier, contenant le chocolat et des livres, nous avons reçu, de Meurice ou de vous,

  1. Flaubert.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.