Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/252

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il y a six lettres sous cette enveloppe (Michelet, Bixio, Janin, J. Laurens, A. Brady, Darcel). Voudrez-vous bien les cacheter de noir et mettre des adresses à celles qui n’en ont pas. Dites bien à Michelet comme je trouve son Insecte beau ; c’est là de la grande histoire, prise au-dessus, au-dessous, au delà. — Je sais par Auguste qu’on vous rejoué à la Porte-St-Martin avec un immense succès. Tout n’est donc pas éteint dans ce Paris ! Il vote bien à la mairie et au théâtre. Espérons. — Ex imo[1].


Au même[2].


Hauteville-House, 28 9bre.

Chaque fois que j’apprends un de vos succès, je dis de vous ce que La Fontaine disait de Molière :

J’en suis ravi, car c’est mon homme.

Oui, vous êtes mon homme ; vous êtes le cœur doux, l’esprit ferme, l’âme haute ; le poëte qui en bas est fait de sympathie et en haut d’amour. Bravo donc ! le public applaudit votre œuvre, j’applaudis le public.

J’ai reçu deux fragments du manuscrit de l’officier mort. C’est d’un très grand intérêt. Je ne sais pas si j’ai tout. Le dernier rouleau m’a été adressé de Londres il y a trois mois par une personne signant Élise Billing. Ce manuscrit m’est donné, je pense, pour le publier. Je compte le faire quand l’heure viendra.

Voici trois lettres (Feydeau, Ducamp, Ch. Blanc). Auriez-vous la bonté de les faire envoyer à ces trois amis ?

Avez-vous eu la bonté de porter ma lettre à M. Bixio ? Vous a-t-il remboursé les 200 fr. ? — Je porte ici une grande partie du poids des besoins de tous, et je voudrais bien rentrer dans ces quelques sous le plus tôt possible, et dans l’intérêt même de la caisse de secours.

Dites donc à votre femme qu’elle écrit à la mienne des lettres charmantes, et que j’ai lu avidement celle où elle raconte le magnifique triomphe de Fanfan la Tulipe. Félicitez de ma part M. Mélingue dont j’aime la personne et le talent, et remerciez-le en mon nom de son succès et du vôtre. Vous allez gagner beaucoup d’argent, c’est bien, cela vous donnera le loisir de venir faire ici une de ces belles œuvres qui ont de si beaux succès. — Si vous veniez passer ici décembre et janvier, je vous lirais quelques bribes des Petites Épopées. — Ex imo[3].

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Bibliothèque Nationale.