Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/287

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au même[1].


Hauteville-House, 18 Xbre.
Monsieur,

J’extrais ces quelques lignes d’une lettre de M. Paul Meurice où il me parle de vous bien sympathiquement :

« Nefftzer lui demande pour le Temps le droit de donner à ses abonnés le livre en prime à prix réduit. Rien de mieux. Mais il ne faut pas, je crois, que cette combinaison se fasse ou même s’annonce trop tôt. Avec un bénéfice cent fois moindre, vous auriez l’inconvénient que je vous signalais pour la publication en feuilleton. »

M. P. Meurice a cent fois raison. Ne mêlez pas de journal à cette affaire, si vous ne voulez pas tout perdre. En prime ou en feuilleton, le danger dont nous avons tant parlé est le même. Quand le livre aura paru en entier, vous ferez ce que vous voudrez. Vous n’aurez plus rien à craindre, il circulera librement. Si donc vous faites quelque combinaison du genre de celle qu’indique M. P. Meurice, ajournez-la jusqu’après la publication totale du livre. Ceci est la condition expresse de votre réussite. N’innovez pas dans le mode de publier en France un livre de moi, suivez le chemin battu qui a réussi aux Contemplations et à la Légende des Siècles.

Je ne saurais, Monsieur, trop insister sur ceci, que je recommande à votre excellent et sage esprit.

Je travaille à force. Faites de votre mieux, de votre côté comme je fais du mien. De cette façon tout ira bien.

Je vous serre très cordialement la main.

Victor Hugo[2].


Au même[3].


Hauteville-House, 29 Xbre.

Monsieur, pour gagner du temps, je vous envoie, avant de recevoir les épreuves, des intercalations à faire au manuscrit. Vous les trouverez ci-jointes et très soigneusement indiquées. Je vous serai obligé d’y veiller avec votre excellent et intelligent zèle.

Je ne sais si vous êtes à Bruxelles, mais je pense que ma dernière lettre

  1. Inédite.
  2. Correspondance relative aux Misérables. — Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.