Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/302

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Dans tous les cas, leur ligne sur le titre est impossible. Montrez cette lettre au besoin.

Ma femme a dû vous remettre un mot de moi. Elle est bien heureuse. Elle vous voit. Mais cet été, vous viendrez, et Guernesey rayonnera plus que Paris.

V.

Je reçois à l’instant une lettre de Bruxelles. Ces MM. remettent l’apparition au 7 avril. Ils donnent d’assez bonnes raisons, voulant paraître partout dans le monde entier le même jour.

Une partie de leur motif est de tuer la contrefaçon. Seulement ils oublient qu’on lutte mal contre la contrefaçon avec une édition de luxe à 12 fr.

Et je vous embrasse.

V.

Seriez-vous assez bon pour transmettre ces deux lettres (Michelet, L. Ulbach).

On dit qu’il circule de faux vers de moi à Paris, le lion du pays latin. Démentez cela énergiquement[1].


À Auguste Vacquerie[2].


Jeudi 20 mars.

Cher Auguste, vous m’écrivez une admirable lettre. Vous avez raison de dire : le succès est fait. Une lettre comme la vôtre est le succès. Vous admirez en maître et votre bravo a l’accent de la gloire. J’espère bien vous rendre bientôt votre applaudissement. En attendant, vous m’êtes nécessaire à Paris, et vous me manquez ici. Si je vous avais, vous et Meurice, et mon Charles, quel concile nous ferions sur ce rocher ! les années que vous avez passées près de moi ont pour moi une clarté particulière ; vous y avez laissé de la lumière. J’espère bien que le jour n’est pas loin où vous reviendrez dans votre room qui a gardé votre nom. Alors Hauteville-house illuminera.

Le prochain courrier vous portera la liste que vous demandez des exemplaires à donner. Certainement M. de St-Victor aura le sien. Dites-le lui de ma part. Comment vous remercier de tout ce que vous avez déjà fait si admirablement pour ce livre ! Tout, absolument tout ce que vous m’écrivez est juste, vrai, et bon. Faites donc pour le mieux. Quant aux extraits, votre

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.