Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/314

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


donc à vous, je pense que, par M. Pagnerre, il vous sera facile de faire remettre ces lettres, en voici deux. M. Pagnerre fera bien de n’user de la poste. Je répète, et vous le comprendrez, que ces relations avec la poste parisienne sont autant dans votre intérêt que dans le mien. Je me repose donc sur votre excellente sollicitude. N’oubliez pas, de votre côté, de m’envoyer les journaux belges auxquels il serait utile que j’écrivisse un mot de remerciement. Les deux articles de M. Kesler ont été saisis au passage et publiés par un excellent journal de Londres, le Courrier de l’Europe. Il serait bon que M. Pagnerre sût quel est à Paris le correspondant du Globe. Il est très chaud pour les Misérables, et il faudrait lui envoyer le livre. Vous avez vu sans doute l’article du Times qui « constate le succès extraordinaire ». Voici trois feuilles corrigées. Je n’ai plus qu’une feuille dans les mains. Vous l’aurez demain.

Mille affectueux compliments.
V. H.[1]


À Auguste Vacquerie[2].


H.-H., 8 mai.

Cher Auguste, je ne puis mieux vous faire comprendre à quel point je suis étranger aux lenteurs de Bruxelles qu’en vous disant ceci : Depuis plus de trois semaines j’ai donné les derniers bon à tirer du 6e vol. Vous auriez pu avoir tout ce volume depuis quinze jours. C’est tout au plus si vous l’avez en ce moment. Et vous m’écrivez que tous les jours les ouvriers de Claye ont manqué de matière et n’ont pu composer ! Jugez. Rien n’est plus facile que d’être prêt même avant le 30 juin. Le 20 mai au plus tard j’aurai livré tout le manuscrit. Il faut paraître le 14. Quelle magnifique lettre vous m’écrivez ! en vingt lignes vous condensez un volume. Vous êtes un esprit souverain. Je veux absolument que vous me laissiez vous remercier. Votre amitié est admirable. Vous faites pour moi plus que moi-même, vous et Meurice. Qu’ajouter à vos noms ! Je suis à vous âme et cœur.

V.

Voici des en-tête pour les exemplaires à donner à des nouveaux. MM. Ferrier, Claretie, Rodet, Tuppié, Laurent Lapp (Courrier du Dimanche), Neveu, Feyrnet (Illustration), L. de Cormenin. Dites-moi si j’en oublie. Vous avez la liste des précédents envois. Il va sans dire qu’il faudra continuer aux mêmes. Il y aurait danger à pousser C. Fl.[3] à attaquer littérairement après

  1. Correspondance relative aux Misérables. — Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Cuvillier-Fleury.