Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/34

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


1876.


Au Comité pour la statue de Lamartine.


Paris, 23 janvier 1876.

La France a vu apparaître en 1820 un grand poëte et en 1848 un grand citoyen.

Ce poëte, ce citoyen, ce grand homme, c’est Lamartine.

Je souscris pour sa statue.


À Émile de Girardin.


Paris, 23 janvier 1876.
Mon éminent ancien collègue et ami,

Permettez-moi de vous envoyer ma souscription pour la statue de Lamartine, avec quelques lignes que vous jugerez peut-être à propos de publier[1]. J’adhère complètement à votre noble pensée. Un monument est dû à cette grande mémoire.

Je saisis cette occasion de vous dire combien je suis touché des sympathies que la France me témoigne, et je vous envoie mon plus cordial serrement de main.

Victor Hugo.


À Monsieur Karcher, à Rethel[2].


Paris, 25 janvier 1876.
Mon cher ancien compagnon d’exil,

Vous voilà comme moi rentré dans la patrie, et comme moi rentré dans la lutte ; car le devoir ne nous quitte pas : nous l’avions à nos côtés dans l’exil, et dans la patrie nous le retrouvons. J’apprends que nos excellents amis des Ardennes vous désirent pour représentant ; je serais heureux que

  1. Carnet, 23 janvier : « Ma souscription pour la statue de Lamartine… 300 fr. »
  2. Karcher, auteur de plusieurs études sur l’Angleterre et sur le 2 décembre 1851.