Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/346

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Au même[1].


H.-H., 31 mars.

Cher Auguste, c’est plus qu’un mors aux dents, c’est une débâcle. L’imprimerie a dégelé. Il y a un mois je recevais deux feuilles en quinze jours, aujourd’hui je reçois seize feuilles en vingt-quatre heures. Je disais bien qu’on pouvait marcher, on me le prouve en galopant. Ce dégel est bon, mais il va trop vite et charrie trop de fautes. Je ne puis donner les derniers bon à tirer. Vous en jugerez vous-même. D’autant plus que mon envoi de dimanche n’est pas encore vu en épreuves par moi, et amènera un remaniement de toutes les dernières feuilles. J’avoue que je n’avais pas prévu cette subite fonte de neiges. Je suis débordé.

Je reçois les épreuves ce matin 31, je les renvoie tout de suite, qu’on me les réexpédie directement avec tout le remaniement fait, et les corrections. Elles seront à Paris le 2 avril, en corrigeant le 3, je puis avoir le tout le 5, et l’imprimerie recevra de moi tous les bon à tirer le 8. Vous voyez qu’on sera bien à temps pour paraître le 15. Qu’on m’envoie aussi épreuve de la couverture et de la table.

Je recommande le tout à cette providence que j’appelle votre amitié.

Tuissimus.
V.[2]


Au même[3].


H.-H., 6 avril.

Cher Auguste, je vous envoie, en les faisant passer par Bruxelles, les pages frontispices signées de moi. J’ai mis sous des bandes spéciales les exemplaires miens donnés par moi, imputables sur les exemplaires auxquels j’ai droit, puis les exemplaires destinés aux journaux de Paris, puis les exemplaires destinés aux départements. Ceux-là, ceux des journaux, quoique également donnés par moi, sont fournis par les éditeurs. — En dehors de ces exemplaires à frontispice signé, je vous serai obligé de ne pas oublier l’exemplaire du journal de modes de la rue Neuve des petits champs, n° 66. — J’ai mis l’exemplaire de Paul Foucher parmi ceux des correspondants et l’exemplaire de M. Ernest Lefèvre avec celui du Messager des Théâtres. C’est toujours donné par moi, et ce n’est pas pris sur mon nombre. — Il va sans dire que toutes vos indications ou rectifications sont d’avance admises.

  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.