Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/366

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


mais je dis comme toujours : fiat voluntas tua. Je vous souhaite si profondément le bonheur, que je m’oublie absolument. Vous aimer, c’est tout ce que je veux, vous applaudir, c’est tout ce que je souhaite. Bravo d’avance à Colin-Tampon. Je vous serre dans mes bras.

V. H.

Voudrez-vous transmettre cette réponse à M. Chassin[1] ?


Au même[2].


H.-H., 1er 9bre.

J’ai passé sur le corps à deux tempêtes, l’une d’Ostende, l’autre de Weymouth, et j’arrive. Je trouve votre adorable lettre du 28. Que vous dire ? Vous me donnez le viatique au départ et la bienvenue à l’arrivée. Vous êtes une lumière dans mon esprit et dans mon cœur. Je sais bien que si quelque chose a pu clocher, vous avez tout rétabli et tout arrangé. Je suis habitué au doux asile de votre admirable amitié. Ce que vous m’écrivez de mon livre me transporte. Vous avez des mots qui ressemblent à des couronnes. Je vous remercie, je vous embrasse, je vous aime.

V.[3]


À Madame Victor Hugo[4].


H.-H., 3 Xbre.

Chère et noble amie, tes intentions sont exécutées. Mais je veux que ta petite offrande aux pauvres soit supportée en moitié par moi. Je ne te réclamerai donc que cinquante francs. Voulant donner 12 fr. pour ma part j’ai remis à Julie 62 fr. Elle a là-dessus ses étrennes. Du reste, j’envoie souvent du pain, du charbon et de la chandelle à Victoire (et à d’autres) et ordre est expressément enjoint à Marie de donner du pain à quiconque en demande ? la petite Victoire en a tant qu’elle en veut. Quant aux 50 fr., désires-tu ne me les rembourser que le mois prochain ? En ce cas, je ne les porterais pas à ton compte ce mois-ci. Ce sera comme tu voudras. J’ai dit à Charles de te demander 100 francs, ce qui réduit la somme que tu as en compte à 466 fr. J’espère que vous êtes tous bien. Je reçois de tous côtés une foule de journaux excellents. Je vous en enverrai pour que vous jugiez de l’accueil fait aux Ch. des R. et des B. Bancel m’a écrit une belle et éloquente lettre. Dites-lui

  1. Bibliothèque Nationale.
  2. Inédite.
  3. Bibliothèque Nationale.
  4. Inédite.