Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/369

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Du reste Vacquerie et Meurice me paraissent empoignés par le livre, et j’espère que vous le serez aussi, vous. — Je t’envoie sous ce pli une traite à vue à l’ordre de ta mère de 630 fr. pour payer les 626-30 de mobilier (dépense du 27 janvier au 11 février).

Le voisinage de la mort grandit l’esprit. J’ai reçu de Mélanie une lettre noble et touchante. — Paul ne m’a pas écrit. Il a gardé depuis trois mois le silence sur les Chansons des Rues et des Bois. En revanche, il célèbre aujourd’hui l’immense triomphe de M. Ponsard. Il fait bien, si c’est en conscience. — Je prie ta bien-aimée mère d’écrire un mot de félicitation à Kesler sur son excellentissime article de la Revue trimestrielle. Il y sera très sensible. — Si vous êtes installés place des Barricades (quel numéro ?) profitez de la pendaison de la crémaillère pour inviter M. Van Bemmel qui, lui aussi, mérite un remerciement, et un encouragement. — Force journaux anglais et quelques journaux français ont publié le fait de la médaille de Dante et ma lettre. — Je reçois d’Espagne la communication que voici. Vous pouvez en prendre connaissance. Après quoi, vous la transmettrez à M. Verboeckhoven. —

Je vous embrasse et vous réembrasse tous les quatre, toi mon Charles, toi mon Victor, et les deux belles mesdames, la tienne et la mienne.

V.[1]


À Auguste Vacquerie[2].


H.-H., 22 février.

Vous avez une science de tout bien faire comme vous avez un art de tout bien dire. Je m’en repose donc absolument sur vous, cher Auguste, pour les petites suppressions de prudence. Je crois du reste que l’occasion dans ce livre en sera très rare. Chousey est la vraie orthographe. Hou est un radical étrange que j’indique avec quelque détail dans le Chapitre Préliminaire ajourné. Quant aux extraits aux journaux, faites pour le mieux. Vous avez le privilège royal, the king can do no wrong, vous ne pourrez vous tromper. Je crois les citations en effet très difficiles pour les raisons que vous dites. Restent la dédicace (à l’île de Guernesey) et la préface. C’est excessivement court. Raison de plus peut-être pour que tous les journaux publient ces deux choses. Je ne crois pas possible de paraître avant mars.

Vous qui êtes à Paris, et qui connaissez mieux ma propre situation que moi-même, voulez-vous perdre un quart d’heure à me faire une liste des amis qui me restent, rari nantes, dans les journaux (je crois qu’il y a eu bien

  1. Collection Louis Barthou.
  2. Inédite.