Page:Hugo - Œuvres complètes, Impr. nat., Correspondance, tome IV.djvu/66

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


À Auguste Vacquerie[1].


Dimanche [11 août 1878].

Cher Auguste, soyez bon comme vous êtes grand. Vous n’êtes pas fatigué, mais vous vous reposez. Cela me plaît et m’encourage. Vous écrivez tous les jours une page admirable, et vous dites : je me reposerai demain. Eh bien, demain est enfin venu. Donnez-moi plusieurs jours (le plus que vous pourrez) de vos vacances. Venez avec toute votre famille qui est un peu la mienne, avec votre noble et digne sœur, avec Ernest Lefèvre, avec sa femme, si charmante, avec ses enfants, venez tous. Venez trouver ici, non l’oubli de vos travaux superbes, mais cette grande joie de la mer, qui s’y mêlera sans les troubler. Venez, nous vous attendons. Georges attend Pierre et Jacques, Jeanne attend Catherine, et moi vous.

V.[2]


À Paul Meurice[3].


Jeudi.

Cher Meurice, c’est aujourd’hui la fête de Georges, il a dix ans, et j’ai décidé que ce serait aussi la mienne. C’est pourquoi je vous prie et je prie vos chères et charmantes filles de venir passer près de nous le plus de jours que vous pourrez, autant de jours, autant de fêtes.

Je réponds à votre gracieuse lettre, j’envoie le chèque à Rothschild avec prière de me marquer la réception. (Au moment de m’adresser à la poste anglaise recommandée, je pense qu’il vaut mieux renvoyer par vous ce chèque. Vous prierez M. de Rothschild de l’inscrire à mon crédit parmi les fonds qu’il me réserve, et vous serez assez bon pour m’envoyer le reçu qu’il vous remettra.)

L’Histoire d’un Crime et Hernani continuent à se bien conduire, et j’approuve complètement vos bonnes intentions. Fin août, sur l’Histoire d’un Crime, Lévy vous remettra 30 000 francs (20 000 pour Quantin, à peu près la fin de son compte, et 10 000 fr. pour moi. Tout cela est parfait).

Je m’occupe de Toute la Lyre.

Mais je réclame avec instance votre quadruple arrivée.

Vous trouverez ici la bonne mer et le bon air, et vos charmantes filles seront plus charmantes encore.

V.[4]
  1. Inédite.
  2. Bibliothèque Nationale.
  3. Inédite.
  4. Bibliothèque Nationale.